INFORMATIONS

Récapitulatif de l'agora "l'ESS peut-elle permettre de vivre sans Amazon ?"

Récapitulatif de l'agora "l'ESS peut-elle permettre de vivre sans Amazon ?"

La première agora thématique de la République de l'ESS a rassemblé 130 personnes le 26 janvier dernier. Retour sur les échanges, sur les structures mentionnées sur les idées amenées par les participants et les participantes.


La rediffusion de l'agora est disponible en intégralité sur notre chaine youtube et en suivant ce lien.

Vous pouvez également suivre la République de l'ESS sur :

Notre page Facebook : La République de l’ESS 

Le Twitter d’ESS France : @ESS_France 

Récapitulatif des idées lancées par les participant.e.s au cours de l’agora

1/ Réponse au sondage de départ de l’ensemble des participants

Avez-vous utilisé Amazon en 2020 ?

Oui : 55%

Non : 45%



Pensez-vous utiliser Amazon en 2021 ?

Oui : 15%

Oui par manque d’alternative : 31%

Non : 54%

2/ Est-ce que l’ESS peut devenir une alternative massive à Amazon ? Pourquoi ?

Pour la majorité, l’ESS peut devenir une alternative massive à Amazon, en s’appuyant sur des atouts déjà bien présents et en développant d’autres outils pour accroitre sa capacité d’action :

Avant tout, la sensibilisation des consommateurs au besoin de changement semble être un prérequis, et a été nommée dans huit propositions. Cela montre que pour arriver à être une alternative massive et crédible, tout ne dépend pas que de l’ESS mais aussi de l’évolution de la conscience collective.

Huit autres propositions portaient sur la revalorisation de la consommation locale, des circuits courts et des solutions plus responsables, donc sur des éléments déjà existants et fonctionnels mais à valoriser pour pouvoir se comparer à l’offre d’Amazon.

Autres idées partagées par les participant.e.s pour que l’ESS devienne une alternative massive :

  • Il faut développer des plateformes collectives alternatives pour être une solution crédible
  • Pour être vraiment efficace il faut se démarquer sur ce qu’Amazon ne sait pas faire, en mettant l’accent sur le social et le solidaire.
  • L’ESS peut devenir une alternative massive car elle répond à des besoins réels.
  • Une partie du chemin est déjà faite avec des structures comme Label Emmaüs, les réseaux des ressourceries et des librairies.
  • Il faut s’appuyer sur la diversité de l’offre déjà affichée par l’ESS.

En revanche, il y a aussi eu des participations montrant plus de réserves sur la capacité de l’ESS à devenir un telle alternative, avec l’identification d’un certain nombre d’obstacles :

L’obstacle le plus mis en avant (5 propositions) est le doute exprimé sur la capacité de l’ESS a tenir la comparaison sur l’aspect logistique, là où Amazon réduit toujours plus ses couts de transports et les délais de livraison.

Dans la même lignée, 5 personnes ont aussi souligné l’écart entre les atouts phares d’Amazon et ce que l’ESS peut proposer ne comparaison : diversité des offres, prix imbattables, facilité d’accès et minimisation de l’effort.



Pour d’autres, les obstacles sont le retard que l’ESS a sur des points clés : puissances des algorithmes, retard technologique, puissance marketing bien inférieure…

Autre obstacle souligné : le temps que va prendre la prise de conscience et le changement de comportement qu’elle implique pour se propager largement dans la population. Bien que les conséquences sociales et environnementales d’Amazon soient bien connues du grand public, ce dernier n’est pas très enclin à laisser de côté cette solution de facilité dès demain.

3/ Avez-vous une idée ou une proposition pour développer l’ESS comme alternative durable et responsable à Amazon ?

La proposition qui revient le plus est l’idée de mise en commun, par la mutualisation, la coopération, la structuration en filières ou un fonctionnement commun et démocratique des initiatives de l’ESS. Cette notion globale d’union revient à 21 reprises dans les idées des participants, ce qui en fait l’idée la plus largement partagée et mise en avant.

Ensuite, le travail de communication, de marketing et de campagne d’information se dégage aussi assez nettement avec 12 propositions s’y raccrochant : utilisation plus massive des réseaux sociaux, partenariat avec des influenceurs, campagne contre Amazon et pour faire connaitre ses pratiques, outil de comparaison de l’offre d’Amazon et d’initiatives de l’ESS sur leur impact social et environnemental.

L’idée d’une plateforme commune revient elle aussi très souvent (11 propositions s’y raccordant) avec ce besoin de mettre en commun pour se mesurer aux géants de la vente en ligne :  créer un portail commun, une plateforme de vente ou une centrale d’achat commune pour réduire les couts de logistiques, un secteur où Amazon a beaucoup d’avance.

L’autre idée largement partagée est la nécessité d’éduquer les consommateurs pour qu’ils et elles prennent conscience qu’il est impératif de changer ses habitudes (8 propositions en ce sens) : changer les habitudes de consommation, sensibiliser les jeunes qui sont très connectés et sensibles aux arguments d’Amazon, créer un kit de sensibilisation, combattre la course à l’immédiateté.

Autres idées:

  • Avoir une politique fiscale favorable aux initiatives de l’ESS et une réglementation « venant d’en haut » qui soutiennent les alternatives à Amazon (2 propositions).
  • Réussir à monter un plaidoyer efficace, notamment sur le plan européen pour obtenir des conditions plus favorables (2 propositions)
  • Créer un label ESS avec des règles strictes pour générer de la confiance et être reconnaissable pour simplifier le travail de recherche du consommateur.
  • Monter en puissance collectivement sur l’usage du numérique.
  • S’allier avec des entreprises de la technologie et de l’industrie, là où l’ESS souffre le plus de la comparaison à Amazon.

LES RESSOURCES LES + CONSULTÉES